Michele Teboul   31 janvier 2018

Célébration du Nouvel an chinois à Manille. Photo : jojo nicdao / Flickr

Bien que les Chinois ne représentent qu’1% de la population des Philippines, ils tiennent les rênes de 60% de l’économie du pays. Rien de surprenant, dès lors, à ce que leur influence soit immense sur chaque pan de la société, notamment culturellement et culinairement parlant.

 Le Nouvel an chinois ne fait pas exception. Les Philippins prévoient de grandes festivités dont profitent les expatriés du monde entier. 

Cette période de l’année voit les familles se rassembler autour de repas festifs. Et en matière de nourriture, le tikoy est un mets incontournable pour tous les Philippins. 

Un gâteau sucré 

Le tikoy est un gâteau fait à base de farine de riz gluant, de fécule de blé, de sel, d’eau et de sucre. La couleur du mets varie selon que le sucre est raffiné (blanc) ou de type cassonade (roux). Certaines personnes ajoutent parfois d’autres ingrédients, par exemple des dattes. 

Le Tikoy trouverait ses origines dans le gâteau nian gao préparé dans le sud de la Chine, importé aux Philippines par les émigrants de la province du Fujian à la fin du 19e siècle. 

Le mot philippin tikoy est un dérivé du mot ti (sucré) ke (gâteau), en langue Hokkien du Fujian.

En mandarin, la prononciation du mot « tikoy » - nian gao (nian – collant ; gao - gâteau) est voisine du mot signifiant « année de plus » (nian – année ; gao – plus grand). Tikoy signifie donc « année de plus », à interpréter comme le signe d’une période plus faste à venir.

tikoy

Se partager le tikoy est un grand moment des festivités. Photo : Jhong Dizon / Flickr

Recette du tikoy 

Il est possible d’acheter des tikoys tout prêts dans le commerce, mais vous pouvez aussi le faire facilement ! Il est de tradition de le faire cuire dans un moule ayant une forme originale, comme par exemple un duo de carpes qui symbolisent l’abondance. 

Pour 8 personnes

Préparation - 15 minutes
Cuisson - 45 minutes
Total - 1 heure

Ingrédients 

400 grammes de farine de riz gluant

130 g de sucre roux

1 c. à soupe d’extrait de vanille

1/2 c. à soupe de sel

250 ml d’eau bouillante ou tiède

2 c. à soupe de graines de sésame (facultatif)

1 c. à soupe d’huile végétale

Eau (si besoin)

Préparation

  • Versez le sucre et l’eau bouillante ou tiède dans un bol, et mélangez jusqu’à complète dissolution.
  • Réservez. Une fois le mélange refroidi, ajoutez-y la vanille.
  • Versez la farine de riz gluant dans un grand bol et ajoutez-y le mélange eau/sucre.
  • Ajoutez l’eau dans la pâte lentement, jusqu’à ce qu’elle devienne lisse.
  • Graissez un plat rond avec l’huile végétale.
  • Versez la pâte dans le moule en veillant à ce qu’elle se répartisse bien.
  • Parsemez les graines de sésame sur le dessus.
  • Faites cuire le gâteau à la vapeur en le recouvrant d’un linge pendant 45 mn/1h.
  • Le gâteau est cuit lorsque les bords se détachent du moule.
  • Cessez la cuisson et laisser le gâteau refroidir.
  • A l’aide d’un couteau, démoulez le gâteau.
  • Emballez-le de film plastique et mettez-le au réfrigérateur toute la nuit. 

Astuces

  • Découpez des tranches dans la longueur et trempez-les dans du jaune d’oeuf avant de les faire frire.
  • Utilisez très peu d’huile pour la friture.
  • L’étape de la friture est facultative, il est possible de réchauffer le gâteau au four micro-ondes avant de le servir.

Ou regardez cette vidéo de préparation d’un tikoy. 

A vos tabliers !

Un cadeau reposant sur un mythe

Le tikoy est un mets phare des festivités familiales, mais aussi un cadeau que l’on fait à des proches et des amis en respectant une légende chinoise. Selon cette croyance, le dieu de la cuisine fait son périple annuel au paradis la veille du Nouvel an, afin de constater les actions bonnes ou mauvaises de chaque foyer pendant l’année écoulée. Il en rend compte à l’Empereur de Jade qui règne sur les cieux.

Le fait d’offrir un tikoy est une offrande faite au dieu de la cuisine. C’est aussi une sorte de subterfuge ! En effet, très sucré et collant, le tikoy rend la bouche du dieu pâteuse, l’empêchant ainsi de pouvoir parler à l’Empereur de Jade pour faire état de méfaits dans les foyers qui lui ont offert un tikoy…

Le mot Tikoy vient du terme chinois nian gao qui veut dire gâteau de riz gluant. Photo : ManhattanProject / Wikimedia Commons

Pas uniquement réservé au Nouvel an chinois   

Le tikoy se consomme toute l’année. Ce n’est pas parce qu’il est associé au Nouvel an chinois qu’il faut s’en délecter une seule fois par an.

Et les Chinois ne sont pas les seuls à le préparer : chaque pays d’Asie en a sa propre version à base de riz gluant : le « mochi » au Japon et le « tteok » en Corée notamment. La recette se décline aussi avec les desserts « sapin-sapin » et « kalamay ».

Si vous préparez un tikoy, envoyez-nous des photos pour nous faire profiter des formes, couleurs et tailles variées possibles. Postez-les dans les Commentaires ci-dessous.