Kate Bevan   22 novembre 2017

cosmonauts ISS

Les cosmonautes Vladimir N. Dezhurov (à gauche) et Mikhail Tyurin célèbrent leur premier dîner de Thanksgiving à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Photo : NASA

Pour les Américains – et les autres nationalités vivant aux Etats-Unis – Thanksgiving est l’une des fêtes les plus importantes de l’année ; c’est d’ailleurs un jour férié. Les familles se réunissent pour rendre grâce et célébrer ce moment passé ensemble – mais aussi pour savourer un vrai festin ! Mais que savez-vous vraiment de Thanksgiving ? Voici neuf anecdotes que vous ignorez probablement.

1. Thanksgiving n’a pas toujours été célébrée sur Terre : elle a été fêtée dans l’espace pour la première fois en 1973 par les astronautes Jerry Carr, Bill Pogue et Ed Gibson dans la station spatiale Skylab. Ils n’ont pas eu droit à un jour de congé, puisque Ed Gibson et Bill Pogue ont effectué une sortie dans l’espace d’une durée de 6 heures et demie ce jour-là. Thanksgiving est un jour comme un autre à bord de l’ISS, comme ce fut le cas encore l’an passé où Thomas Pesquet était de la fête.

2. Si la grande majorité d’entre nous n’ira jamais dans l’espace, Thanksgiving est l’occasion, sur le plancher des vaches, d’importantes transhumances pour se retrouver en famille ! Selon Statistic Brain, 39 millions de familles vont voyager, en avion pour 28,5 millions de personnes soit +3% par rapport à l’an passé selon Airlines for America.

3. La toute première fête de Thanksgiving a eu lieu en 1621 dans la colonie de Plymouth Plantation, en Nouvelle-Angleterre : les pèlerins y ont partagé un repas avec les membres de la tribu locale des Wampanoag, qui ont contribué activement à leur survie sur place. Mais Thanksgiving est devenue une fête nationale plus de trois cents ans plus tard, en 1941, lorsque la Chambre des représentants et le Sénat ont adopté une résolution commune fixant la date du quatrième jeudi de novembre pour la célébrer.

4. Le dernier jeudi de novembre fut choisi par Abraham Lincoln en 1863, pendant la Guerre civile. Mais en 1939, pendant la période de la Grande Dépression, le Président Franklin D. Roosevelt a souhaité la déplacer à l’avant-dernier jeudi du mois afin de donner un coup de pouce au commerce avant les fêtes de Noël. Or en 1939, le mois de novembre comptait 5 jeudis ! Cela a impliqué que cette année-là, Thanksgiving tombe le quatrième. Une date qui a ensuite été gravée dans le marbre.

first thanksgiving

La toute première fête de Thanksgiving, en 1621, n’aurait jamais existé sans l’aide de la tribu des Wampanoag qui a notamment appris aux colons à faire pousser des céréales, du maïs entre autres, pour survivre. Pour les remercier, les colons ont partagé un repas avec eux. Photo : Jean Leon Gerome / Bibliothèque du Congrès

5. L’idée de Franklin D. Roosevelt s’est avérée payante : le week-end qui suit immédiatement le jour de Thanksgiving est l’occasion de faire de très bonnes affaires aux Etats-Unis – la National Retail Foundation (association qui regroupe les détaillants américains) estime que près de 164 millions de personnes, soit 69 % des Américains, font des achats sur ces deux jours. Le Black Friday – qui est le lendemain de Thanksgiving – donne le coup d’envoi des achats de Noël. De nombreux commerçants restent ouverts toute la nuit ou ouvrent très tôt le vendredi matin.

Les agapes continuent avec le Cyber Monday, créé en 2005, même si l’expression remonterait à 1961. Le Cyber Monday est le lundi qui suit Thanksgiving : ce jour-là, les commerçants attirent les clients avec des prix cassés. Le Cyber Monday se décline dans de nombreux autres pays du monde entier, notamment la France.

6. « Turkey », en anglais, ne désigne pas uniquement le volatile, mais aussi un pays, la Turquie ! Pour la petite histoire, six villes américaines portent ce nom au double sens : en Caroline du Nord, en Virginie-Occidentale, dans le Kentucky, dans l’Ohio, en Arkansas et au Texas. En Australie, une ville porte ce nom, située dans l’Etat du Queensland.

Si l’évocation du mot Dinde ou Turkey vous fait penser à la fameuse sauce sucrée-salée mitonnée avec la baie rouge appelée canneberge – cranberry en anglais – vous serez ravi d’apprendre que quatre villes portent le nom de cette grosse variété d’airelle aux Etats-Unis : il y a un Cranberry en Virginie-Occidentale, en Pennsylvanie, en Caroline du Nord et dans le Maryland.

7. Tous les regards seront tournés vers le Président Donald Trump le mardi 21 novembre, jour du pardon accordé en direct à une dinde. Un volatile, fourni par la National Turkey Foundation, sera ainsi épargné par le président lui-même ! Cette fondation offre un oiseau chaque année depuis 1947 au président pour son dîner de Thanksgiving.

Le président John F. Kennedy est semble-t-il le premier à avoir épargné la dinde qu’on lui avait apporté, et cela seulement quatre jours avant son assassinat en novembre 1963. Ronald Reagan est le premier à avoir officiellement gracié le volatile, en 1987. Les présidents suivants – les Bush père et fils, Clinton et Obama – ont tous rendu sa liberté à leur dinde, en l’envoyant couler des jours heureux dans une ferme.

8. Toutes les autres dindes n’ont pas la même chance… Elles ne seront pas graciées. Selon le Département américain de l’Agriculture, 244 millions d’entre elles ont été élevées en 2016 pour finir en vedette sur les tables américaines, soit + 4,5 % en un an. Le Minnesota est un important Etat d’élevage, qui produit à lui seul 18% des dindes de Thanksgiving – soit 44,5 millions en 2016.

Les autres dindes sont importées, pour une valeur totale de 25,8 millions de dollars selon le Département de l’Agriculture. Elles viennent pour la plupart du Canada, mais aussi de France pour 0,1 % d’entre elles !

9. Dans la dinde, tous les morceaux sont bons, mais les Américains préfèrent les blancs. Et selon une étude réalisée par l’Université du Michigan, les habitants des îles du Pacifique se battent pour avoir la glande uropygienne, un morceau gras situé au niveau du croupion. Cette glande sébacée produit des sécrétions huileuses que l’oiseau utilise pour se toiletter.

Sela Panapasa, chercheur à l’Université du Michigan, souligne que le croupion est « riche en graisses et en cholestérol, ce qui participe au phénomène de l’obésité qui est un réel fléau pour les populations des îles du Pacifique ». Si c’est également votre morceau préféré dans la dinde, vous savez maintenant qu’il ne faut pas en abuser !

Si vous fêtez Thanksgiving cette année, nous vous souhaitons un bon moment autour d’un bon repas, sans forcer sur le gras !